Empowerment, démocratie et anacyclosis

Je prononcerai ce 10 novembre un conférence intitulée “Crise grecque et nouveaux médias : empowerment à la grecque”, dans le cadre du programme culturel de l’association philhellène stéphanoise Présence de la Grèce.

Dans la tourmente des restrictions budgétaires, la Grèce voit fleurir des utilisations alternatives des médias numériques, qu’il s’agisse de documentaires filmés en caméras numériques et diffusés en ligne, de webradios communautaires, de webzines collectifs… Les idées circulent à la vitesse d’une connexion Internet, portant des initiatives solidaires, des discours indépendants et des projets atypiques. Dans le sillage de ce que Theo Angelopoulos définissait comme une « culture de la pauvreté » propre à la Grèce, ces médias faits de bric et de broc technologiques sont au cœur d’une mouvement qui veut non pas seulement donner à voir la situation de la Grèce en dépassant l’image qu’en proposent les médias traditionnels, mais aussi initier une réflexion sur son avenir. Ce phénomène s’apparente à ce que l’on appelle généralement empowerment (faute de trouver une traduction française satisfaisante, sinon le néologisme québécois « capacitation ») pour désigner le processus par lequel des individus prennent conscience de leur capacité d’action et d’accès au pouvoir. Le concept est né dans l’Amérique en crise des années 1930, à Chicago, a ensuite été utilisé par les mouvements noirs et féministes dans les années 1970, avant d’être repris par Barack Obama pour sa campagne de 2008. Cet empowerment à la grecque fait apparaître un nouvel horizon dans le paysage politique européen.

Grece_Empowerment

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.