Séance 18 – Vendredi 26/10/2018

La prochaine séance du séminaire « Constitutions mixtes » (HiSoMA C3) se tiendra vendredi 26 octobre 2018 (à partir de 13h) à l’UJM-Saint-Étienne (campus Tréfilerie).

La rencontre aura lieu en salle KR4, au rez-de-chaussée du bâtiment K.

Le séminaire accueillera deux communications, celle d’Adrien Aracil et Sophie Tejedor, puis celle de Flora Champy. Il sera question des avatars de l’idée de constitution mixte à la période moderne, de l’influence des références antiques et des reformulations qui ont pu en être faites.

Adrien ARACIL et Sophie TEJEDOR (Sorbonne Université, UMR 8596 Centre Roland Mousnier)
« Tentations de la monarchie mixte aux seuils des guerres de religion : idées, théories, pratiques (1560-1610) »
Résumé – Cette double intervention veut tenter une lecture dynamique des institutions de la monarchie française dans le contexte des troubles de religion. Du début du XVIe au début du XVIIe siècle, la division religieuse donne lieu à une vaste réinterrogation du rapport entre le roi et ses sujets. Comment en effet inclure dans le corps politique un groupe qui, en revendiquant et en cherchant à légitimer une nouvelle pratique religieuse, sape les fondements mêmes de l’autorité monarchique ? Pour les acteurs politiques de la monarchie des derniers Valois, la solution se trouve, peut-être, hors de la monarchie : dans des pratiques venues d’autres types de régimes (conseil, représentativité, échange). Nous nous pencherons sur la façon dont les acteurs les ont envisagées à deux moments seuils des guerres de religion : en 1560, quand François II décide de réunir les États généraux qui n’ont pas été convoqués depuis 1484 ; en 1611, au moment où, après la mort d’Henri IV, alors que les protestants s’apprêtent à interroger les institutions monarchiques lors de l’assemblée générale de Saumur, Louis Turquet de Mayerne publie sa Monarchie aristodémocratique.
Mots clés : monarchie française, 1560, François II, États généraux, protestantisme, Louis Turquet de Mayerne, aristodémocratique.

Flora CHAMPY (Princeton University)
« Le gouvernement mixte de Rousseau et l’idée de constitution mixte »
Résumé – L’expression « constitution mixte » n’apparaît pas chez Rousseau. Pris à la lettre, le livre III du Contrat social écarte même cette question rendue obsolète par l’invention des concepts de souveraineté populaire et de volonté générale. Si Rousseau s’appuie en particulier sur Machiavel pour faire de la République romaine son principal modèle politique, il prend soin d’écarter la réinterprétation du schéma polybien présente dans les Discours sur la première décade de Tite-Live. Héritier d’Aristote plus que de Polybe, Rousseau reformule la réflexion traditionnelle en termes de gouvernement mixte, faisant de cette question un des axes majeurs de sa réflexion politique. On s’interrogera sur les enjeux de ce déplacement, et notamment sur la réinterprétation du modèle romain qui en découle.
Mots clés : Rousseau, Du contrat social, souveraineté populaire, volonté générale, Machiavel, Polybe, Tite-Live, Aristote, République romaine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.