Margaux Bouaziz (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRDC), “La figure du gouvernement mixte en France dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (1748- 1791) : un outil idéologique contre les absolutismes”

Dans le cadre du colloque GATE HiSoMA “Constitution mixte : généalogie d’un idée” (9-11 juillet 2019, Université Jean Monnet Saint-Etienne), Margaux Bouaziz (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRDC) présentera une communication intitulée “La figure du gouvernement mixte en France dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (1748-1791) : un outil idéologique contre les absolutismes”, dont voici un résumé des grandes lignes par l’intervenante.

L’idée d’une répartition du pouvoir politique entre plusieurs autorités qui entreraient en concurrence ou en collaboration fut radicalement remise en cause d’abord par Bodin, ensuite par Hobbes et Pufendorf. Dans un régime politique où la loi règne, celui qui a le pouvoir de l’édicter règne également. L’idée d’un gouvernement mixte ou tempéré persiste pourtant avec des auteurs tels que Montesquieu et Burlamaqui. Elle se trouve souvent exprimée par l’idée de forces et de contre- forces, dans un vocabulaire qui semble emprunté à Hotman. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’idée de constitution mixte fut d’abord discutée par les parlementaires et les royalistes dans les années 1750-1770, puis par les privilégiés, les royalistes et les patriotes au cours de la
Prérévolution et au début de la Révolution (1789-1791). Les parlementaires et les privilégiés semblent les plus favorables au gouvernement mixte, mais celui-ci n’est pour autant pas exclu par les royalistes et les patriotes qui ont, à cet égard, une position plus ambivalente.


Source : http://gallica.bnf.fr/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.