La ruche, idéal du gouvernement mixte

Notes de lecture des pages 128 à 145 de L’Abeille (et le) philosophe de Pierre-Henri et François Tavoillot, paru en mai 2015 aux éditions Odile Jacob.
Ce sous-chapitre prend place dans le chapitre 4, « Politiques de la ruche », où l’abeille, ce sympathique hyménoptère, connaît d’autres avatars : elle y est impériale, anarchiste, libérale, etc.

Au départ de cette réflexion, une question banale : « qui doit gouverner la cité ? » Et ce premier élément de réponse : ce qui assoit l’autorité, c’est la légitimité… Monarchie, aristocratie, démocratie : ces formes de l’autorité ont autant d’avantages que d’inconvénients : la monarchie peut se transformer en tyrannie… l’aristocratie, faire l’objet de luttes factieuses… la démocratie, amener le désordre. Mais, une motion de synthèse se trouve dans la nature : la ruche !
La reine des abeilles (qui fut longtemps prise pour un roi !) est plus grande, plus belle et assure la survie de la communauté : soit, considérons donc la ruche comme une monarchie, avec Sénèque ou Fénelon qui offraient chacun à leur noble élève, un « miroir des princes ». Passons outre de savoir si la reine a ou n’a pas un dard, ou si elle s’en sert ou non… La reine est le principe de cohésion de la ruche et quand elle meurt, la ruche s’éteint. Pas de chef : pas de société… mais ce n’est pas suffisant pour le meilleur des régimes.
Une autre condition à remplir serait que tous travaillent ensemble malgré leurs différences. Dans la ruche chaque catégorie d’abeilles, de l’ouvrière au faux-bourdon, joue son rôle selon son degré d’excellence, sous l’autorité de la reine. La ruche est donc aussi une aristocratie. La reine n’est pas un tyran et la ruche, au lieu de voir s’opposer les partis, réussit l’intégration des contraires. Dans Henri V, Shakespeare utilise la métaphore de la ruche pour traiter de la politique et de cet idéal de juste répartition des fonctions au sein de la société. La ruche offre donc l’image de ce que doit être une vraie république.
L’abeille est soldat-travailleur-citoyen. Elle n’use de violence qu’au prix de sa propre vie et pour le bien commun : quel idéal démocratique ! Pour Homère, les Achéens étaient comparables aux abeilles et les Troyens… aux sauterelles. Sous le contrôle d’Agamemnon, on voit les Achéens, ces abeilles, s’assemblant, faire silence sans que cela leur soit ordonné, formant ainsi une sorte de société démocratique (Iliade, II, 87-89). L’image d’une ruche démocratique va traverser les siècles et les océans… Elle va s’imposer à la jeune république américaine, après, il est vrai, des débuts difficiles (que faire d’une reine dans une démocratie militante ?). Dernière métamorphose : l’abeille est capitaliste et puritaine… une travailleuse qui porte toujours son arme sur elle, américaine, quoi !

abeille_philosophe


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.