Mardi 7 juin 2016 à 10h : « Aspects de la notion de ‘mixte’ dans l’histoire des constitutions politiques du livre III des Lois »

Mardi 7 juin 2016 – Journée d’étude Aux sources antiques de la constitution mixte (UMR 5189 HiSoMA)
UJM Saint-Étienne, salle HR8, Stavroula Kefallonitis
Le programme de l’ensemble de la journée : pdf

10h00 Vivien LONGHI, professeur agrégé, docteur en Lettres classiques (Université Paris-Sorbonne Paris 4, UMR 8167 Orient Méditerranée)
« Aspects de la notion de ‘mixte’ dans l’histoire des constitutions politiques du livre III des Lois »

Aristote, dans sa Politique, voit dans les Lois l’exemple d’une oligarchie mâtinée de démocratie, mixte en ce sens (1266 a-b). G. R. Morrow a pu montrer, dans un ouvrage de 1960 qui dédie un chapitre entier à la question, Plato’s Cretan City, que la terminologie aristotélicienne ne se trouve pas chez Platon et que, si un certain mélange constitutionnel des pouvoirs est évoqué au livre III, principalement à propos de Sparte, il n’est pas décrit très précisément, mais se rapporte aux idées générales de juste milieu et de mesure en politique, qui organisent toute la construction de la cité utopique de Magnésie.

On peut toutefois revenir sur ce livre III des Lois, qui se prête à d’autres analyses du concept de mixte dans son lien à la πολιτεία que celles de Morrow. On lit dans ce livre une longue histoire des constitutions « mélangées » des origines, perses, athéniennes et spartiates, étudiées et louées par l’Étranger, avant d’accomplir sa propre œuvre législative.

Il s’agira de questionner la notion de mélange ici utilisée. Si le mixte constitutionnel n’est pas défini de manière très précise, sa primauté, dans le récit, interroge : il précède, en valeur et dans le temps, ontologiquement et chronologiquement, les formes « simples » (pourtant appelées « mères » par l’Étranger lui-même…) de constitutions que sont la démocratie, l’oligarchie, la monarchie. Comment rendre dès lors raison de ce mixte ? On cherchera à le définir par un certain nombre de rapprochements avec d’autres formes de mixtes projetés à l’origine, mixte moral, physique ou cosmologique, apparus dans d’autres dialogues de la dernière période de Platon, et que le texte des Lois désigne implicitement. Enfin, dans son panorama mythique et historique de la dégénérescence des constitutions, l’Étranger pose la question cruciale de la conservation du bon mixte constitutionnel premier. Le mixte se préserve dans le temps par la médiation de la bonne éducation. La figure du père entretient alors un lien indirect avec le concept du mixte politique.

Le programme de l’ensemble de la journée : pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.