Marie Durnerin @mixedgov

Vendredi 23 mars 2018 (14h30-16h30)

Séance 16 – Gouvernement idéal et surveillance

Université Jean Monnet Saint-Étienne, Maison de l’Université, salle SR9.

Ancienne élève de l’ENS Lyon et agrégée d’histoire, Marie Durnerin prépare une thèse de doctorat au sein de l’UMR 5189 HiSoMA, sous la direction de Nicolas Richer, “Un discours historique explicatif : les ressorts de l’action selon Xénophon”.

Marie Durnerin (ENS Lyon, UMR 5189 HiSoMA), « La surveillance comme moyen de préserver une bonne constitution. Réflexions sur les constitutions idéales et les moyens de les pérenniser chez Xénophon ».

Pour un Athénien qui a connu la guerre du Péloponnèse avec ses coups d’État oligarchiques de 411 et de 404, puis les restaurations démocratiques, il devient nécessaire de mettre en œuvre tous les moyens pour stabiliser la politeia, le régime politique. C’est le cas de Xénophon qui, à travers ses œuvres, mène une réflexion sur le bon gouvernement. Cependant, plus que la nature même de la constitution, c’est la préservation d’une politeia, d’un régime politique qui semble constituer un enjeu fondamental pour lui, car même le meilleur des gouvernements peut tomber dans l’anarchie ou la tyrannie, si les gouvernants ne sont pas à la hauteur. Le seul moyen de préserver la constitution est-il alors d’espérer l’homme providentiel ? Avant d’en arriver à cette conclusion, il est peut-être possible de trouver d’autres moyens que donne Xénophon pour maintenir l’ordre politique, notamment une surveillance centralisée qui permette à tout gouvernant d’être parfaitement informé sur tout ce qui se trame dans la cité.

Mots clés : Athènes ; guerre du Péloponnèse ; coup d’État ; oligarchie ; démocratie ; anarchie ; tyrannie ; politeia ; Xénophon ; constitution ; homme providentiel ; surveillance.