Programme 2018-2019 du séminaire Constitutions mixtes

Constitutions mixtes (2018-2019)

Mixed Constitutions / Mixed Governments (2018-2019)

RÉSUMÉ

Ce séminaire offre un espace de discussion pour la présentation de réflexions en cours, non seulement sur la constitution mixte, idée qui parcourt l’histoire politique occidentale depuis l’Antiquité, gouvernement idéal associant monarchie, aristocratie et démocratie, mais aussi sur les notions de mélange, mixtion, fusion, médiété, milieu, moyenne / somme, binarité / ternarité, synthèse, composition, harmonie, concorde, etc. C’est pourquoi ce séminaire interdisciplinaire et transpériode est ouvert à tous les acteurs des champs concernés : sciences humaines et sociales, droit, médecine, chimie, physique, mathématiques, lettres et arts…

ANNONCE

Présentation

Créé en octobre 2015, ce séminaire s’inscrit dans le programme C3 « Hiérarchies et expression des relations sociales » de l’UMR CNRS 5189 HiSoMA.

Le programme 2018-2019 du séminaire « Constitutions mixtes » s’inscrit dans la continuité des rencontres organisées depuis sa création. Pour les raisons scientifiques déjà développées dans l’argumentaire initial, il s’agit de réunir des spécialistes des différents domaines et des différentes périodes qui ont pensé l’idée de constitution mixte, ses métonymies ou ses métaphores.

Durant la première année du séminaire (2015-2016), les exposés et les échanges se sont concentrés sur la période antique. Le programme de la deuxième année (2016-2017) a élargi le champ des débats à d’autres domaines et d’autres périodes, explorant les passerelles et les métaphores liant les différentes « constitutions mixtes ». La troisième année a resserré les liens des collaborations établis lors des précédentes séances, notamment avec le programme « Républicanisme et économie » de l’UMR 5824 GATE (2017-2018). Cette quatrième année du séminaire (2018-2019) doit conduire à la réalisation d’un colloque international sur la généalogie de l’idée de constitution mixte, en vue duquel le séminaire « Constitutions mixtes » de l’UMR 5189 HiSoMA, outre sa collaboration avec le programme « Républicanisme et économie » de l’UMR 5824 GATE, s’associe au programme « Politeiai » du Centre Paul Albert-Février de l’UMR 7297 TDMAM, ainsi qu’avec le CEDRE PSL.

Programme

Vendredi 26 octobre 2018

(13h-15h30)

Séance 18 – L’idée de constitution mixte à l’époque moderne

Université Jean Monnet Saint-Étienne, Campus Tréfilerie, salle KR4

  • Adrien Aracil et Sophie Tejedor (Sorbonne Université, UMR 8596 Centre Roland Mousnier), « Tentations de la monarchie mixte aux seuils des guerres de religion : idées, théories, pratiques (1560-1610) ».

Cette double intervention veut tenter une lecture dynamique des institutions de la monarchie française dans le contexte des troubles de religion. Du début du xvie au début du xviie siècle, la division religieuse donne lieu à une vaste réinterrogation du rapport entre le roi et ses sujets. Comment en effet inclure au corps politique un groupe qui, en revendiquant et en cherchant à légitimer une nouvelle pratique religieuse, sape les fondements mêmes de l’autorité monarchique ? Pour les acteurs politiques de la monarchie des derniers Valois, la solution se trouve, peut-être, hors de la monarchie : dans des pratiques venues d’autres types de régimes (conseil, représentativité, échange). Nous nous pencherons sur la façon dont les acteurs les ont envisagées à deux moments seuil des guerres de religion : en 1560, quand François II décide de réunir les États généraux qui n’ont pas été convoqués depuis 1484 ; en 1611, au moment où, après la mort d’Henri IV, alors que les protestants s’apprêtent à interroger les institutions monarchiques lors de l’assemblée générale de Saumur, Louis Turquet de Mayerne publie sa Monarchie Aristodémocratique.

Mots clés : monarchie française, 1560, François II, États généraux, protestantisme, Louis Turquet de Mayerne, aristodémocratique.

  • Flora Champy (Princeton University), « Le gouvernement mixte de Rousseau et l’idée de constitution mixte »

L’expression « constitution mixte » n’apparaît pas chez Rousseau. Pris à la lettre, le livre III du Contrat social écarte même cette question rendue obsolète par l’invention des concepts de souveraineté populaire et de volonté générale. Si Rousseau s’appuie en particulier sur Machiavel pour faire de la République romaine son principal modèle politique, il prend soin d’écarter la réinterprétation du schéma polybien présente dans les Discours sur la première décade de Tite-Live. Héritier d’Aristote plus que de Polybe, Rousseau reformule la réflexion traditionnelle en termes de gouvernement mixte, faisant de cette question un des axes majeurs de sa réflexion politique. On s’interrogera sur les enjeux de ce déplacement, et notamment sur la réinterprétation du modèle romain qui en découle.

Mots clés : Rousseau, Du contrat social, souveraineté populaire, volonté générale, Machiavel, Polybe, Tite-Live, Aristote, République romaine.

Mercredi 12 décembre 2018

(8h30-17h30)

Séance 19 – Journée d’étude – Dette et constitution

Université Jean Monnet Saint-Étienne, Campus Tréfilerie, UFR ALL, salle G05.

Avec Emmanuèle CaireMarie DurnerinNicolas Eyguésier, Louise FauchierMarie-Rose GuelfucciVirginie HollardNicolas MeunierPierre PonchonCatherine Psilakis.

Rencontre scientifique organisée par le séminaire « Constitutions mixtes » (Stavroula Kefallonitis, Université Jean Monnet – Saint-Étienne, UMR 5189 HiSoMA), en collaboration avec le programme « Républicanisme et économie » (Michel Bellet et Philippe Solal, Université Jean Monnet Saint-Étienne, UMR 5824 GATE) et

Marie Durnerin (ENS Lyon, HiSoMA / EHESS, AnHiMA)
« Les dettes des chefs dans le paiement de la solde aux mercenaires de l’Anabase de Xénophon : facteur de la constitution ou de la décomposition de la communauté des Dix Mille ? »
Le charisme suffit-il à faire oublier les dettes ? C’est la question que l’on peut se poser à la lecture de l’Anabase de Xénophon : les mercenaires ont accepté de suivre Cyrus le Jeune, frère cadet du roi achéménide, en échange d’une solde non négligeable. Cependant, Cyrus puis ensuite ceux qui commandent les mercenaires ne fournissent quasiment jamais cette solde et les mercenaires se considèrent lésés de ce qui leur est dû. La dette unit alors cette communauté originale et permet – c’est notre hypothèse – la constitution d’un groupe avec son fonctionnement propre sans qu’il y ait pour autant de véritables institutions. Le corpus proposé permettra de tester cette hypothèse dans plusieurs situations de crise pour l’armée de l’Anabase. Nous chercherons alors à articuler le don et la dette et faire jouer les divers sens du terme dans ce contexte bien particulier : dette économique et dette symbolique, qui peuvent se confondre, mais pas de manière systématique.
Mots clés – Xénophon, Anabase, mercenaires, solde, misthos, communauté, sociologie des institutions et de l’action collective, charisme, don.

Louise Fauchier (Université Lyon 2, HiSoMA)
« Kapèloi et vente à crédit dans l’Athènes classique »
Certaines sources littéraires permettent de percevoir la pratique du crédit dans les échanges courants à Athènes à l’époque classique : Hermippe le Comique, fragments 61 et 78 K-A ; Lysias, Contre Eschine le Socratique (fragment 1, l. 32-34), Platon, Les Lois (849e-850a) et, un peu plus tardivement, Théophraste, Caractères (XVIII, 9). Ces passages constituent la base d’une analyse socio-économique des relations de dette et de crédit dans les échanges marchands, des relations souvent envisagées sous un angle institutionnel.
Mots clés – agora, quartier, kapèlos, marchand, vente, crédit, philiapistis, droit de la vente, institution.

Nicolas Meunier (Université Saint-Louis – Bruxelles, CRHIDI ; Université catholique de Louvain, CEMA)
« “Dettes” et formes de dépendances dans la Rome alto-républicaine : pouvoir et société entre le clan et la cité »
La question des dettes est, d’après la tradition, l’un des principaux objets de contentieux au sein de la société romaine des ve et ivesiècles av. J.-C., soit à l’époque de la Haute République. Un examen attentif des sources littéraires, en premier lieu Tite-Live, permet de réaliser que les événements sont présentés de manière largement stéréotypée, résultat d’un long processus historiographique, où l’influence grecque n’est pas négligeable. Des deux moments de « crise de la dette » dont la tradition nous a conservé le souvenir (l’un dans les années qui précèdent immédiatement la 1re sécession de la plèbe, l’autre dans les décennies qui suivirent la sédition de Manlius Capitolinus), le premier mérite une attention toute particulière. À partir des récits de Tite-Live, Denys d’Halicarnasse et Plutarque principalement, nous essaierons d’abord d’identifier les principes qui ont présidé à l’élaboration narrative et idéologique des événements. À partir de là, nous pointerons les contradictions et illogismes résultant de ce processus. Enfin, en nous appuyant sur les recherches récentes effectuées sur les gentes et les clans dans les sociétés romaine, latine et d’Italie centrale en général, nous proposerons quelques aménagements au paradigme interprétatif en vigueur jusqu’à présent. Aménagements que le concept de « constitutions mixtes » pourrait permettre de définir de manière plus pertinente.
Mots clés – dettes, nexum, Tite-Live, Denys d’Halicarnasse, gens, clan, plèbe, patriciat, République.

Marie-Rose Guelfucci (UBFC Besançon, ISTA)
« Dette et “signes extérieurs de richesse” : l’importance de la perception dans les affrontements politiques d’un corps social (IVe-IIe s. a.C.) »
Pour interroger l’interaction entre crise économique et dégénérescence politique,nous partirons du schème polybien de l’anacyclose qui montre le rôle du déséquilibre institutionnel et politique induit par une constante toujours visible, voire manifeste : la pleonexia (le besoin humain du « toujours plus »). Nous en retracerons brièvement l’origine à travers quelques exemples (Platon, moralistes), avant d’appliquer ce schème universel à la crise des Gracques pour préciser autrement l’action paradoxale des deux frères.
Mots clefs – relations politiques, pleonexia, anacyclose, pauvreté, signes extérieurs de richesse, crise, violence, anarchie.

Virginie Hollard (Université Lyon 2, HiSoMA)
« Argent, morale et politique à Rome à la fin de la République. Étude du corpus cicéronien »
Un grand nombre de procès dans lesquels Cicéron s’est investi révèlent la place qu’occupe l’argent dans la vie politique de la fin de la République. Cela est particulièrement visible dans des procès pour corruption électorale ou détournements de fonds publics. Ces questions d’argent établissent le lien entre morale, modération et politique et interrogent la responsabilité de l’enrichissement personnel dans le déclin de la République, si déclin il y a.
Mots clés – élections, gouvernements provinciaux, corruption électorale, détournements d’argent public, morale, institutions républicaines, transition République-Empire.

Pierre Ponchon (PHIER Université Clermont Auvergne)
« Dettes et changements constitutionnels chez Platon »
La dette est un principe majeur d’instabilité constitutionnelle pour Platon. En effet, elle pose un double problème politique : abandonnées à elles-mêmes, les dettes mettent en danger l’unité de la cité (République VIII), mais les tentatives pour les abolir se heurtent à des résistances dangereuses (Lois III et V) et font le lit de la tyrannie (République IX).
Mots clés – dettes, constitutions, maladie, réforme, oligarchie, démocratie, tyrannie, richesse, pauvreté, stasis, faux bourdons.

Emmanuèle Caire (Aix-Marseille Université, CPAF-TDMAM)
« Dette et constitution chez Aristote »
Dans la Constitution d’Athènes attribuéeà Aristote, l’abolition des dettes (seisachtheia) pratiquée à Athènes par Solon est rattachée à son idéal politique du juste milieu. Or, d’autres auteurs font de l’abolition des dettes une spécificité de la démocratie extrême ou de la tyrannie. L’objet de l’exposé sera de se demander si la présentation de la seisachtheia par Aristote est en cohérence avec sa conception de la constitution moyenne et si elle marque une originalité, voire une prise de position polémique, dans le contexte politique de son époque.
Mots clés – abolitions des dettes, partage des terres, seisachtheia, Solon, Lycurgue, Aristote, constitution moyenne, démocratie.

Nicolas Eyguesier (Université Lille 1, GATE L-SE)
« Dettes et constitutions mixtes chez Sismondi »
La question de la dette publique traverse l’ensemble de l’œuvre de Sismondi, depuis ses Essais sur les constitutions des peuples libre (1799) où il consacre un chapitre aux assignats, jusqu’aux Études sur les sciences sociales (1836-1838), où il traite du marché international de la dette souveraine.
Nous passerons en revue ces différents chapitres de la théorie sismondienne, lien avec sa conception du « contrat social » implicite passé entre le gouvernement et les citoyens. Où l’on verra que la question de la dette est intimement liée chez Sismondi avec la question de la liberté.
Mots clés – dette publique, Sismondi, assignats, marché international, dette souveraine, « contrat social », gouvernement et citoyens, liberté.

Catherine Psilakis (Université Lyon 1, Centre Jean Pépin)
« Une nouvelle seisachtheia, solution à la dette grecque? Appropriations d’une mesure solonienne au XXIe siècle »
Le terme seisachtheia, généralement traduit par « remise du fardeau », était déjà obscur pour les auteurs du ive siècle avant J.-C. Les historiens de nos jours sont encore en désaccord sur le sens du terme. Partant de ce constat, la présente communication se propose d’analyser comment la seisachtheia et la figure de Solon (et les manières de l’interpréter) sont utilisées dans le programme de Syriza, parti de la gauche radicale grecque qui gagna les élections législatives de 2015 et amena Alexis Tsipras au pouvoir.
Mots clésseisachtheia, « remise du fardeau », interprétation, Solon, dette, Grèce, Syriza, Alexis Tsipras, Yanis Varoufakis

Mardi 9, mercredi 10 et jeudi 12 juillet 2019

Séance 20 – Colloque international « Constitution mixte : généalogie d’une idée »

Université Jean Monnet Saint-Étienne.