Programme 2016-2017 du séminaire Constitutions mixtes

Programme 2016-2017 du séminaire Constitutions mixtes

Historique depuis 2015

Créé en octobre 2015, le séminaire « Constitutions mixtes » s’inscrit dans le programme C3 « Hiérarchies et expression des relations sociales » du quinquennal 2016-2017 de l’UMR CNRS 5189 HiSoMA 2016-2020.

Ce séminaire offre un espace de discussion pour la présentation de réflexions en cours, non seulement sur la constitution mixte, idée qui parcourt l’histoire politique occidentale depuis l’Antiquité, gouvernement idéal associant monarchie, aristocratie et démocratie, mais aussi sur les notions de mélange, mixtion, fusion, médiété, milieu, moyenne/somme, binarité/ternarité, synthèse, composition, harmonie, concorde, etc. C’est pourquoi ce séminaire interdisciplinaire et transpériode est ouvert à tous les acteurs des champs concernés : sciences humaines et sociales, droit, médecine, chimie, physique, mathématiques, lettres et arts…

Organisation : Stavroula Kefallonitis, MCF de grec ancien (Université Jean Monnet Saint-Étienne, UMR 5189 HiSoMA)
Carnet : http://syn.hypotheses.org
Twitter : @mixedgov
Facebook : @mixedgov

Le programme 2016-2017 du séminaire « Constitutions mixtes » s’inscrit dans la continuité des rencontres organisées depuis sa création. Pour les raisons scientifiques déjà développées dans l’argumentaire initial (http://calenda.org/353653), il s’agit de réunir des spécialistes des différents domaines et des différentes périodes qui ont pensé l’idée de constitution mixte, ses métonymies ou ses métaphores. Durant la première année du séminaire (http://syn.hypotheses.org/programme2015-2016), les exposés et les échanges se sont concentrés sur la période antique. Cette deuxième année (http://syn.hypotheses.org/programme_2016-2017) élargit le champ des débats à d’autres domaines et d’autres périodes, explorant les passerelles et les métaphores reliant les différentes « constitutions mixtes ».

 

Séance 7
Mercredi 12 octobre (16h-18h)
Université Jean Monnet Saint-Étienne
Stavroula KEFALLONITIS, mcf de grec ancien (Université Jean Monnet – Saint-Etienne, UMR 5189 HiSoMA)
«‏Enquête sur les origines “historiennes” de la constitution mixte‎»
⇓ Télécharger l’affiche de la séance 7

Séance 8
Mercredi 16 novembre (16h-18h)

Université Jean Monnet Saint-Étienne
Pierre M. H. DIOUF, MCF de grec ancien (Université Cheikh Anta Diop – Dakar, UMR 5189 HiSoMA)
«La science-fiction selon Lucien de Samosate au service de la vie politique athénienne et romaine : Lucien et l’homme politique de son temps»

qr_20161116

Séance 9 – Journée d’étude GOUVERNEMENT MIXTE, RÉPUBLICANISME ET ÉCONOMIE POLITIQUE
En collaboration avec Philippe SOLAL et Michel BELLET (Professeurs d’économie, Université Jean Monnet Saint-Etienne, UMR 5824 GATE)
Mercredi 14 décembre
Université Jean Monnet Saint-Étienne, Maison de l’Université, salle 03
8h30 accueil
9h-9h30 Michel BELLET et Philippe SOLAL (Professeurs, économie, UJM, UMR GATE Lyon Saint-Étienne)
Introduction puis exposé initial : « Sismondi : vers une Constitution économique ? »
9h30-10h
Juliette GRANGE (Professeur, philosophie, Université F. Rabelais de Tours, membre associé UMR IHRIM)
« Républicains et républicanistes »
10h-10h15 discussion
10h15-10h45 Joël RAVIX (Professeur, économie, Université Nice Sophia Antipolis, UMR GREDEG)
« Bacon et la possibilité de l’économie politique : une perspective républicaine ? »
10h45-11h discussion
11h-11h15 pause
11h15-11h45
Blaise BACHOFEN (MCF, philosophie, Université de Cergy-Pontoise)
« La notion de bien commun peut-elle se traduire de façon concrète et objective dans le champ de l’économie ? L’exemple de la pensée économique de Rousseau »
11h45-12h discussion
12h-13h30 déjeuner
13h30-14h
Yannick BOSC (MCF, histoire, Université de Rouen, GRHis)
« « L’économie politique populaire » de Robespierre »
14h-14h15 discussion
14h15-14h45 Nicolas EYGUESIER (Docteur en économie, Université de Lausanne)
« Peut-on parler d’une économie politique républicaine chez Sismondi ? »
15h-16h : discussion générale et premières conclusions.

qr_20161214

Séance 10 – Autour de Sismondi
Vendredi 10 février (13h30-15h30)

Université Jean Monnet Saint-Étienne, UFR ALL, salle du conseil (G05)
Florent PIROT, Doctorant en économie (Université Jean Monnet Saint-Etienne, UMR 5824 GATE)
« Sismondi, une économie républicaine contre le romantisme des classiques »
Denys BARAU, Docteur en études politiques (EHESS)
« L’idée de constitution mixte dans les écrits politiques de Sismondi »

Séance 11
Vendredi 24 mars (13h30-15h30)
Université Jean Monnet Saint-Étienne, UFR ALL, salle du conseil (G05)
Virginie HOLLARD, MCF d’histoire romaine (Université Lumière – Lyon 2, UMR 5189 HiSoMA)
« L’idéal de la constitution mixte dans la politique augustéenne »

Séance 12 – Journée d’étude
Vendredi 9 juin (8h30-16h)
Université Jean Monnet Saint-Étienne, UFR ALL, salle du conseil (G05)
Marion BELLISSIME, Docteure en histoire, langue et littérature anciennes de l’Université de Bordeaux Montaigne, membre associé de l’UMR 5189 HiSoMA, agrégée de lettres classiques (Collège H. de Balzac, Vénissieux)
Emmanuèle CAIRE,
Professeure de langues et littératures anciennes (Aix Marseille Université, Centre Paul-Albert Février – UMR 7297 TDMAM)
Marie-Rose GUELFUCCI
,
Professeure de langues et littératures anciennes (Université de Franche-Comté, EA 4011 ISTA)
Konstantinos MELIDIS,
Docteur en lettres classiques (Université Paris Sorbonne Paris 4), collaborateur scientifique au Centre de Recherche sur la Philosophie grecque de l’Académie d’Athènes
Adriana ZANGARA,
 Docteure en histoire (EHESS), agrégée d’italien

08h30     Accueil

09h00    Stavroula KEFALLONITIS  (Université Jean Monnet Saint-Étienne, UMR 5189 HiSoMA)
Introduction
#bienvenue #séminaire #transversal #constitutions_mixtes #journées_d’étude #carnet #bilan #projets #métonymies #métaphores #passerelles #arborescence #stemmatique #républicanisme

09h15    Konstantinos MELIDIS  (Université Paris-Sorbonne Paris 4)
« Réflexions sur les notions de mélange et de milieu à travers la théorie et la pratique musicales grecques antiques »
La communication présente une structure bipolaire ; il s’agit d’un diptyque axé sur l’art (pratique) et la science (théorie) de la musique dans l’antiquité gréco-romaine. Elle se penche sur deux notions étroitement liées l’une à l’autre : d’une part, à partir de certains exemples bien précis concernant la mélopée, nous discuterons la question du mélange, et de l’autre, à travers certains textes techniques (ceux de musicographes et de médecins), nous nous intéresserons à l’idée de milieu à propos des performances artistiques de musiciens.
#juste_milieu #entre-deux #mélange #mixité #Pseudo-Aristote #Galien #Aristide_Quintilien #pédeutique #termes_techniques #morale
Répondant·es : Jean-Claude GUERRINI (Université Lumière Lyon 2) & Julie YAYLARIAN (Université Jean Monnet Saint-Étienne).

10h00    Emmanuèle CAIRE  (Aix Marseille Université, Centre Paul-Albert Février – UMR 7297 TDMAM)
Entre « voie moyenne » et « juste mélange ». Aux origines de la constitution mixte
C’est chez Aristote que l’on trouve la première théorisation de la constitution mixte, mais la notion émerge plus tôt, à travers des formulations différentes et à l’occasion de réflexions de nature diverse. Sa genèse reste complexe : il est difficile de penser une « constitution mixte » aussi longtemps que la définition et le classement des politeiai ne font pas fixés, autrement dit avant le ivesiècle. Toutefois, les notions de « voie moyenne », de refus des extrêmes, voire de mélange harmonieux, évoquées depuis Solon, sont explorées et théorisées au Ve siècle et constituent, avec les débats sur la nature de la politeia lacédémonienne, irréductible à tout classement, l’arrière-plan politique et idéologique à partir duquel Aristote réfléchit, comme historien et comme philosophe, à la description et aux conditions de réalisation d’une constitution mixte.
#Aristote #genèse #politeiai #voie_moyenne #extrêmes #mélange #harmonie #Solon #Sparte #Théramène
Répondant·es : Denys BARAU (EHESS) & Catherine PSILAKIS (UMR 8163 STL).

10h45    Pause

11h00    Marion BELLISSIME  (UMR 5189 HiSoMA)
« Faut-il parler de constitution mixte dans les livres augustéens de l’Histoire romaine de Cassius Dion (livres 52-56) ? Travail préparatoire à l’édition du livre 52″
À l’occasion des funérailles d’Auguste, Dion décrit un régime mixte, en contradiction avec toutes ses définitions précédentes, qui s’attachent à montrer Auguste comme un véritable roi. Comment expliquer cette apparente incohérence ?
#Cassius_Dion #Auguste #débat_Agrippa-Mécène #démocratie #monarchie #Rome
Répondant·es : Virginie HOLLARD (Université Lumière Lyon 2, UMR 5189 HiSoMA) & Florent PIROT (Université Jean Monnet Saint-Etienne, UMR 5824 GATE).

12h00    Pause déjeuner

14h00    Adriana ZANGARA (EHESS)
« Leonardo Bruni et la traduction de demokratia : l’emprise occulte du paradigme de la mikté politeia sur l’acception florentine de popularis status »
Théoricien de l’ordre républicain comme gouvernement mixte, Leonardo Bruni avait été aussi, dans les années qui précédent sa traduction de la Politique d’Aristote (1438), un fervent admirateur de la forme de gouvernement qu’il désignait lui-même par l’expression popularis status. Étant donné que cette locution traduisait d’après lui le nom grec d’une forme de régime – la demokratia – qui avait traditionnellement tout d’un repoussoir, l’admiration de l’humaniste surprend par son anticonformisme. À moins que popularis status ne soit, à ses yeux, que le nom d’une forme de gouvernement mixte…
#Leonardo_Bruni #Aristote #Athènes #Florence #démocratie #républicanisme #timocratie
Répondant·es : Stavroula KEFALLONITIS & Philippe SOLAL (Université Jean Monnet Saint-Etienne, UMR 5824 GATE).

14h45    Pause

15h00    Marie-Rose GUELFUCCI   (Université de Franche-Comté, EA 4011 ISTA)
« Les (re)lectures de la constitution mixte de Polybe à la Renaissance italienne et au siècle des Lumières : circonstances et enjeux de la réception »
Connu et défini par le nom d’« anacyclose » qu’il lui donne, l’examen des régimes que propose Polybe au livre VI de ses Histoires n’est le plus souvent interprété que comme une conception cyclique de la politique et du monde. Or cette vision exacte, mais très partielle, réduit et fausse considérablement l’analyse. Nous aurons donc à considérer la place, la nature et le rôle de la première grande digression des Histoires, puis la manière dont l’étude de la constitution dite « mixte » a été, par la suite, reprise et adaptée. En prenant pour exemples Machiavel et Montesquieu, qui constituent une première ouverture vers d’autres recherches, nous nous arrêterons sur deux éléments : les conditions de découverte du texte et l’engagement de ses lecteurs dans un monde lui aussi en changement.
#Polybe #Renaissance #Lumières #anacyclose #politeia #progrès #Machiavel #Montesquieu #Révolution_française #(re)lecture(s) #lire_le_grec
Répondant·es : Michel BELLET (Université Jean Monnet Saint-Etienne, UMR 5824 GATE) & Annie LÉCHENET (UMR 5206 TRIANGLE).

15h45    Conclusions